Petit traité de pâte à sucre 4 – La Sodifer

Cela faisait tellement longtemps que je ne vous ai pas écrit sur mon blog. Pour la plus part du temps je partage mon travail et mes expériences sur Facebook. Mais aujourd’hui je veux vous parler un peu plus longuement, car je souhait vous présenter une pâte à sucre nouvellement arrivée sur le marché français. Il s’agit de la pâte à sucre Sodifer.

Je vu pour la première fois les produits Sodifer à Expogato 2016, et j’ai été conquise par l’arôme et le parfum de leurs pâtes à sucre. Sodifer est un fabricant portugais (il parait que les portugais ont une grande expertise dans la PAS) et il était représenté sur le salon par Nicole Veloso ! Pas moins ! Vous avez surement entendu parler d’elle et de ses fleurs en waffer paper ! Elle déchire ! Mais elle est très douée en modelages également et m’a montré comment utiliser la Sodifer.

Apres moultes dégustations et testes sur le stand, je suis partie les bras remplies des pans de PAS. Mais c’est que cette semaine que j’ai eu le temps de tester mes emplettes. Je devais réaliser un gâteau sur le thème des voyages et des plages avec du sable fin et je me suis rappelé du parfum de la PAS Sodifer. Car oui, elle sent délicieusement bon ! Et me voilà, maintenant prête à vous transmettre tous les secrets de la PAS Sodifer.

J’adore son parfum !

Pour commencer, elle a un gout et une odeur à tomber ! Si vous aimez la guimauve ou la citronnelle, vous allez faire comme moi : vous shooter à son parfum. La gamme propose trois parfums différents, et donc trois aromes également : nature (plutôt guimauve pour moi), citron et chocolat.

La texture, très agréable, fait de nouveau penser à la guimauve, elle est très douce au toucher et s’étale bien. Pour une partie je l’ai mélangée à la Renshaw car je souhaitais tester les angles droits également. Je me suis aperçue qu’on peut avoir d’angles droits avec de la Sodifer pure sans problème.

Pour les modelages maintenant :

Pas besoin d’utiliser un autre produit. Une boule de PAS, un peu de CMC sur les mains et le tour est joué. En tout cas, c’est ce qu’elle faisait Nicole Velose et ses modelages tenaient tout de suite. Pour ma part je l’ai utilisée uniquement pour des petits sujets, mais je vais la tester bientôt sur une chaussure.

Points négatifs – uniquement deux :

  • La texture « guimauve » nécessite beaucoup de malaxage. Mais cela fait des jolis bras, bien musclés à moindre cout ! 😉
  • La couleur du noir, qui est plutôt gris très foncé et non pas un noir franc. C’est surement lié à leur formulation en aditifs, plus naturelle que la plus part des PAS.

Pour le prix, elle est bien moins chère que pas mal des PAS vendues en France (vers 5€/kg). On m’a dit qu’elle sera bientôt disponible sur les sites d’achat en ligne français, mais ils ont déjà leur propre site (en partie en français qui plus est) :

Leur représentant sur le salon m’a confirmé qu’il n’y a pas de minimum d’achat (vente à partir de l’unité), donc pas besoin d’avoir une grosse consommation pour en profiter !

Finalement, je crois que je vais ajouter la Sodifer à coté de mes autres incontournables : La Massa Ticino de Carma, La Ready to Roll de Renshaw et La Daisy de Laped ! Ou même les mélanger ensemble ! Qui sait ? … mais cela sera dévoilé dans un autre billet !

 

Invitée du mois – Annie Frénot

Les belles rencontres, comme la photographie, se jouent souvent à un « instant décisif ». Vendredi dernier, pile au moment de quitter une réunion, j’ai rencontré Valentina. Le courant est tout de suite passé… et elle m’a invitée à parler de Mes-photo-se-livrent sur son blog. Je l’en remercie !

Nous avons déjà comme beau point commun la volonté de transmettre le goût de l’entrepreneuriat auprès des jeunes par des témoignages dans les collèges et lycées. Quand je vois les magnifiques créations de Valentina, j’ai compris que l’on partageait bien plus que cela.

Mes-photos-se-livrent : éditeur de livres photo personnalisés

L’activité de Mes-photos-se-livrent.com consiste à mettre en valeur les photos d’autrui : cela comporte leur tri, pour sélectionner les plus belles, leur retouche si nécessaire, et surtout leur présentation de manière esthétique dans livre photo. Le livre est ensuite imprimé chez un imprimeur local de qualité. J’écris aussi un blog dédié à la photographie, aux livres photo et à l’organisation d’une photothèque.

Comme les gâteaux de Valentina, mes livres photo sont des créations ultras personnalisées. Je les fais en fonction des attentes de chaque client, après avoir discuté avec eux pour connaître leur projet, leurs goûts, la composition de leur famille… tout ce qui m’est nécessaire pour créer le livre photo qui leur correspond. J’adapte le design de la maquette à leur personnalité et à leurs photos. La présentation peut être sobre, classique ou ultra-personnalisée via un fond adapté et/ou créé spécialement. Dans tous les cas elle sera esthétique.

Qu’est-ce qu’on peut vous déléguer comme livre photo ?

Mes réalisations sont très variées : il y a, bien sûr, les livres sur les mariages, les anniversaires et les événements familiaux importants. Je propose aussi un service différent du livre photo classique : je combine les photos avec des textes, parfois longs, par exemple un journal de bord racontant un voyage, des éléments souvenirs (carte, faire-part, dessins scannés…) : une sorte de scrapbooking sous format numérique. Livreheureux

Il y a également des commandes pour des cadeaux personnalisés : par exemple ce parrain attentionné qui a offert à sa filleule pour son mariage un livre sur leur relation, mêlant des photos d’elle depuis sa naissance jusqu’à ses 30 ans à son témoignage écrit. Ces cadeaux sont des marques d’amour et même si j’aide ces personnes en compilant leurs photos et leurs écrits, ils sont très impliqués dans le projet et se l’approprient.

Comment pouvez-vous me contacter ?

Il suffit de se connecter sur mes-photos-se-livrent.com pour préciser son projet. J’appelle ensuite les personnes intéressées, afin de mieux comprendre leur demande et leur établir le devis correspondant. Les photos sont ensuite à charger sur le site internet via un accès web personnalisé, ou à fournir sur clef USB. Puis je réalise une maquette et décline la mise en page. À tout moment, le client peut accéder au travail en cours, communiquer ses commentaires et aussi ses écrits, via son accès personnalisé sur le site. Le livre est imprimé lorsqu’il donne entière satisfaction.

Comme Valentina, je suis une perfectionniste et attentive aux moindres détails. Et, si mes créations ne se dégustent pas, elles font du bien autrement : certains souvenirs sont source d’émotions positives. Je trouve gratifiant d’aider ainsi mes clients à « se faire du bien » et à pérenniser leurs bons instants de vie.

Vous aussi, vous pouvez me faire faire votre livre photo. Il vous suffit de me contacter à l’adresse suivante : info@mes-photos-se-livrent[dot]com, m’expliquer votre projet, et je vous ferai le devis correspondant.

A bientôt j’espère,

Annie Frénot

 Livrecarte

Concours Pâtisserie – Meilleur Pâtissier de l’Isère

Je vous ai souvent parlé de l'amicale des pâtissiers de l'Isère, dont je fais partie. Affiliée à la Confédération des Pâtissiers de France,  elle a pour but de faire connaitre et reconnaître le travail manuel que ses adhérents exercent avec amour et beaucoup de passion

On dit souvent que les artisans sont à la tête de petites entreprises isolées!  Ce n'est pas moi qui va vous dire le contraire. 🙂 Mais nous représentons, chacun à notre façon, l’image de la pâtisserie artisanale, réalisée dans le respect et l’amour du métier. Ensemble nous souhaitons vous proposer une pâtisserie authentique, loin des clichés véhiculés dans les médias et des produits industriels qui ne gardent rien de l’âme et de la tradition française! Quelle qu’elle soit la forme et la présentation de nos produits, ils sont réalisés dans le respect des matières premières, souvent produites localement.

Notre amicale organise le samedi 23 avril un Concours de Pâtisserie en deux catégories (à 10 participants) :

  • meilleur Pâtissier professionnel de la confédération de l’Isère
  • meilleur Pâtissier amateur de l’Isère

Chaque catégorie accueillera 10 participants.

Pour la catégorie Pâtissier professionnel, ouverte aux membres de l’amicale, le sujet est la réalisation d’un St Honore de printemps avec un ingrédient représentant l’Isère (chartreuse, noix, antésite....etc). Ils seront jugés par 3 pâtissiers renommés de la région Rhône Alpes.

Pour la catégorie amateurs, les pâtissiers d'Isère s’impliquent aussi  car chaque amateur sera parrainé et coaché par un professionnel de la confédération de l’Isère. Les candidats devront réaliser un entremet avec un ingrédient local à choisir sur une liste imposée. Les prix concernent, entre autres, des stages de pâtisserie à la Maison Jouvenal (la Côte Saint André) ou à l'Instant Gourmand de Thierry Court (Grenoble), ainsi que des paniers garnis de produits régionaux ! Chaque pâtissier choisira son filleul lors d’une étape de présélection organisée dans sa propre boutique.

Et c'est de cette catégorie que je souhaite vous parler! Car bientôt, je vais vous annoncer la date de l'étape de présélection (mi février) qui aura lieu à St. Egrève. J'invite tous mes clients, pâtissiers amateurs, s'inscrire à cette étape. Un jury choisira les cinq meilleurs gâteaux. Le premier prix pourra bénéficier d'un entraînement intensif dans mon laboratoire, tandis que les 4 autres, pourrons bénéficier d'un atelier cake design en valeur de 95€!

Ce concours, organisé jusqu'en 1999 a été interrompu et plus jamais relancé. Nous souhaitons vous donner l'occasion de mieux connaître nos adhérents et leur savoir faire, mais en même temps de vous permettre nous partager votre passion.

« Le but de notre concours, le choix des lots et des partenaires est également de promouvoir au maximum les produits de la région et de travailler en circuit court ! » (Laurent Champon, président de l'amicale)

Cake against Violence – Collaboration internationale

gateauagainst1Le soir du 13 novembre, je me suis réveillée à minuit pour aller au laboratoire. Je devais préparer des gâteaux pour une manifestation importante le lendemain : l’animation en gâteaux autour de la découverte d’autres pays pour 340 enfants. En démarrant ma voiture, j’ai entendu à la radio qu’on allait donner l’assaut au Bataclan. Il m’a fallu un bon moment pour comprendre de quoi ils parlaient et je suis restée des longues minutes ainsi, moteur en route, à écouter la radio, hébétée. Je n’avais plus qu’une envie : m’enfuir, rentrer à la maison auprès de ma famille.

J’étais persuadée que la manifestation du lendemain serait annulée, mais j’avais besoin de m’accrocher à quelque chose qui me redonne espoir dans l’humanité. J’ai passé donc toute ma nuit seule dans mon laboratoire, à écouter le décompte insoutenable des victimes et à préparer des gâteaux et des décorations en pâte à sucre. J’ai modifié mon choix initial des pays pour l’animation et je me suis concentrée sur l’Afrique, la Chine, l’Inde et Paris.

Samedi matin, sur les lieux de la fête, les visages étaient fermés mais personne ne parlait des évènements de la nuit. Chacun installait son animation, donnait un coup de main au voisin. A 8h30, les premiers enfants sont arrivés. Et jusqu’à 20h, nous avons été pris dans un tourbillon des rires, d’espiègleries et de joie. J’ai décoré des cupcakes avec des enfants tellement différents. J’ai échangé avec eux en français, anglais, italien, espagnol, hongrois. J’ai même appris quelques mots d’arabe et d’allemand ! C’était comme notre revanche sur toutes ces attaques meurtrières, tout ce mépris de la vie.

Et voilà que Bouchra, finaliste du Championnat du Monde de cake designe, artiste que j’aime énormément pour son talent et sa générosité, m’envoie un message. Elle me demande de participer à une collaboration pour créer un gâteau en hommage aux victimes de Paris et de cette guerre horrible. J’ai dit oui bien avant de finir de lire son message. J’ai trouvé formidable cette initiative de se retrouver avec des amis cake designers, à porter ensemble ce message si fort. Mais quelle surprise de découvrir que mon téléphone n’arrêtait pas de sonner ! Les alertes Facebook arrivaient les unes après les autres ! 80 cake designers internationaux avaient répondu à son appel. Mes dieux du cake design étaient là, dans le même groupe que moi, nous parlant de leur amour pour Paris et pour la France.

J’ai passé un mois rempli d’émotion. Nous avons échangé sur nos projets, parlé de nos peurs, nos espoirs, nos frustrations devant une violence que nous avions du mal à comprendre. Nous avons surtout beaucoup parlé des victimes innocentes partout dans le monde, de Gandhi, Martin Luther King, Hendrix, Lennon, Roger Glover, Renaud.Voici donc venu le jour où nous partageons avec vous nos créations, à travers lesquelles tous ensemble, nous nous insurgeons contre ces guerres qui sans relâche frappent le monde. Qui veulent instiller en nous la haine envers l’autre. Nous souhaitons diffuser un message de paix, de solidarité et de lutte contre la violence en faisant une création sucrée pour apporter plus de douceur dans ce monde devenu fou. 

J’ai eu à peine une demi-journée pour réaliser ma pièce, et je n’ai pas pu représenter certains détails. Elle parle des enfants et des jeunes, qui par leur optimisme, parfois leur  insouciance et surtout leur innocence, passent outre les moments durs et nous donnent de la force. Mes personnages sont maintenant quelque part en dehors de la guerre, ils se soutiennent, se consolent, tandis qu’autour la nature reprend place, les protège. Une question me taraude sans cesse désormais : comment pouvons-nous à notre tour protéger les enfants du monde ?

L’intégralité des œuvres peut être visionnée ici.

Soyez à nos côtés ! Répandez la joie autour de vous, et faites plein des gâteaux !

Gâteau à la noix de coco

Pour le biscuit sablé : 250g. farine, 150g. beurre pommade, 150g. sucre, 1cc poudre à lever, 1cs chocolat en poudre, 3 cs crème fraîche épaisse. Mélangez le tout et étalez deux rectangles de la taille de votre plaque de cuisson. Pour la meringue : 6 blanc d’œuf, 250g sucre, 200g noix de coco Montez les blancs en neige avec le sucre et la noix de coco. Mélangez délicatement. Mettre un premier rectangle de pâte sablée dans la plaque de cuisson chemisée de papier sulfurisé. Étalez la meringue et couvrez du deuxième rectangle de pâte sablée. Pour éviter que votre pâte gonfle à la cuisson, faites des petits trous avec une fourchette, sur toute la surface du gâteau. Cuisez le gâteau env. 45 min à 165°C. Laissez refroidir complètement. Pour la crème : 3cs farine, 300 ml lait, 6 jaunes d’œuf. Faites cuire le tout jusqu’à l’obtention d’une crème lisse et très onctueuse. Laissez refroidir à couvert (pour éviter la formation d’une croûte sur la surface de la crème). Ajoutez 200g beurre très pommade, 200 g de sucre et un peu de vanille. Étalez la crème sur le gâteau refroidi. Saupoudrez de chocolat râpé. Coupez des rectangles et déguster votre gâteau. Conservation au frigidaire (il sera toujours mieux le lendemain). Pâtissez bien et laissez-moi vos retours sur la recette ou les photos de vos réalisation, cela me fera vraiment plaisir. Cette recette est la propriété de Rêves et Gâteaux et vous est offerte gracieusement, donc ne l’utilisez pas à titre commercial ! Sur vos blogs n’oubliez pas d’indiquer la source. Je vous en remercie pour votre compréhension !
Page 4 sur 12«...23456...10...»