Les entremets et la pâte à sucre

Les entremets et la pâte à sucre! Voici un débat qui enflamme régulièrement les réseaux. Je ne sais pas en quelle mesure ceux qui commentent ce sujet sur les groupes de cake design sont des pros ou pas. Voici, donc, quelques commentaires de bon sens. Comme vous le savez, aucune loi ou réglementation vous impose d’utiliser une garniture ou autre sous la pâte à sucre. J’ai écrit assez d’articles sur le sujet, je ne vais pas m’y attarder. Mon opinion est celle d’une pro, qui teste tout et qui fait analyser ses préparations par un laboratoire vétérinaire. Je ne base pas mon opinion sur des idées reçues trouvés sur le net. Mes choix sont pris toujours en fonction d’informations objectives et non pas des lubies personnelles / passionnelles.

Les entremets et la pâte à sucre: mission impossible?

Pourquoi cette introduction ? Car le fait de dire tout le temps : « je ne suis pas pâtissier, je suis cake designer » fait qu’on oublie évidement la pâtisserie. D’où le fait qu’on peut lire tout et n’importe quoi concernant les biscuits joliment présentés sous la pâte à sucre. Par exemple :  » c’est interdit de mettre des entremets… dans le cake design / sous la pâte à sucre ». N’importe quel pâtissier avec un peu de bon sens vous rira au nez. La discipline du cake design passera de nouveau pour une « occupation des ménagères qui jouent à la dînette ».

Il n’y a pas dans la réglementation française aucune loi, règle, article ou autre qui interdit d’utiliser quoi que ce soit de comestible sous la pâte à sucre. Vous pouvez même en mettre un bon steak saignant si cela va avec votre clientèle ! Maintenant, une fois que cela a été dit, je vais insister sur le fait qu’on devenant pro (en passant son CAP, non pas en faisant une déclaration d’activité en AE) on apprend aussi que chaque pâtissier fixe ses règles et recettes en fonction de son savoir-faire. Il a pour cela les indications soigneusement listées dans le GBPH pâtissier et le résultat des analyses de vieillissement en microbiologie obtenues sur ses produits. Tout pâtissier le fait sur tous les gâteaux qu’il produit.

Les entremets, la pâte à sucre et moi…

En ce qui me concerne j’ai choisi d’utiliser uniquement des recettes sans mousses ou fruits frais… C’est mon choix et il est surtout lié à mes techniques de travail, à ma clientèle… Je l’explique à mes clients et généralement on comprend mes choix, exactement de la même façon qu’ils comprennent pourquoi je ne propose pas des pièces montées en choux. Je parle de l’utilisation des fruits frais dans le cake design ici. 

Donc, pourquoi tout ce bla bla ? Tout simplement pour vous dire que si l’envie vous prenne de mettre des entremets sous votre pâte à sucre, ben ma fois, mettez-y ! Une fois votre recette choisie, vous devez juste faire attention aux techniques de travail et de conservation que vous allez utiliser. C’est justement cette partie qui fait peur. Mais si vos connaissances sont solides, vous trouverez toujours la solution qui convient à votre manière de faire, à vos produits. La pâtisserie c’est une discipline de la gourmandise, de l’envie ! Alors soyons fous, pâtissons et faisons-nous plaisir.

Les entremets et la pâte à sucre: comment s’y prendre?

Maintenant, si vous souhaitez faire des gâteaux entremets voici comment vous devez procéder. Il y a uniquement 3 facteurs à surveiller :

  • La structure

Pour la structure, vous devez strictement monter votre pièce monté – entremet uniquement avant de la servir. Ne le laissez pas stocké au frigidaire monté. Vous devez aussi très soigneusement construire la structure intermédiaire (les bâtonnets en bois et colonnes de soutient). C’est impératif de ne pas utiliser les pseudo techniques envisagées pas certains pâtissiers : bâtonnets de chocolat comme pour les pains au chocolat, des bâtonnets en nougatine, bâtonnets à barbapapa…. Utilisez uniquement des supports prévu à cet effet et mettez un peu plus que dans un gâteau classique. Vos gâteaux doivent rester également assez bas, vous ne pourriez faire des étages de 12, 15, voir plus des cm. Donc, n’essayez pas réaliser une somptueuse pièce montée avec des étages hauts et un grand nombre des décorations, ce ne sera pas possible pour ce type produit. Ce n’est pas moi, mais les lois de la physique qui poseront des problèmes !

  • L’humidité

Pour l’humidité, vous devez systématiquement congeler votre entremet et le masquer avec une crème au beurre à l’américaine (que du beurre et du sucre) et non pas la crème au beurre meringuée qui est plus aérée, moins stable, elle fond plus vite. N’oubliez pas que vous n’êtes plus sur une structure dense comme celle d’un gâteau cake design conventionnel. L’idéal est de couvrir avec une ganache serrée qui donnera un peu de tenue, un peu comme une chape dure sur votre gâteau. Elle fondera moins vite et du fait qu’elle ne contient pas du sucre glace, elle collera moins avec la condensation.

Pour la couverture, testez plusieurs marques de pâtes à sucre afin de trouver celle qui tient mieux à l’humidité ou couvrez avec une pâte à chocolat. Le danger n’est pas tant la conservation au frigidaire que le moment ou le gâteau sort à température ambiante et on a une condensation massive de l’humidité du l’air ambiant. Vous ne pourriez pas recouvrir le gâteau avec l’aisance d’un cake design classique car trop d’humidité. Recouvrez en deux étapes : le haut et ensuite les côtés. N’essayez pas d’obtenir des surfaces sans défaut comme pour les pièces classiques, dans votre cas, la pâte à sucre va s’humidifier très vite, va coller…

  • La conservation / la chaîne du froid

La conservation maintenant. Conservation stricte au frigidaire et livraison en caisses thermoisolantes et blocs eutectiques, mais cela vous le savez, n’est ce pas ;). Préparez les décors à l’avance et travaillez comme pour un entremet classique. Vous savez comme moi que le gâteau peut rester un certain temps dehors lors de la décoration, en fonction de la température ambiante… Pour les amateurs qui veulent s’y tester, je leur conseil d’utiliser un thermomètre pendant ce temps-là. Prenez la température à un cm de la surface du gâteau toutes les qq minutes. Dès que la température varie et passe à 6°C (pas beaucoup plus), remettez votre gâteau au frigidaire.

La pâtisserie a vraiment très peu des limites. Vous avez qu’à regarder les prouesses qu’on propose lors des compétitions internationales, MOF… Regardez chaque recette comme un problème de mathématique. Une fois que vous avez trouvé la solution et la manière de procéder faites-vous plaisir !

En conclusion, je répète juste ce que je dis toujours aux personnes qui prennent des cours avec moi : vos gâteaux – vos règles. La seule chose à ne pas oublier est que la sécurité des convives doit passer devant la joliesse du gâteau.

Répandez la joie autour de vous, et faites plein des gâteaux !

Si vous souhaitez apporter vos informations ou discuter le sujet, vous pouvez le faire ici ou en suivant le lien de l’article sur Facebook.

Flora Roblin, une esthéticienne high tech – Invitée du mois

Bonjour Flora. Tu est esthéticienne à Grenoble. Peux-tu nous parler de ton parcours ? 

Je crois que le fil conducteur de mon parcours a toujours été « bien-être/beauté/santé ». Titulaire d’un BTS Esthétique, j’ai ensuite poursuivi dans une Licence dans le Marketing.  J’ai travaillé plusieurs années dans le secteur de la parapharmacie et des cosmétiques, pour ensuite me diriger dans le domaine du sport, puisque j’ai été 4 ans responsable de clubs Amazonia. Depuis fin 2016, je suis entièrement dévouée à  mes clientes en perte de confiance en soi.

Parles-nous de ton activité d’esthéticienne.

Mon but est de permettre à toute personne franchissant la porte d’être en accord avec son corps, bien dans sa peau, et de retrouver une estime de soi (ainsi que le sourire). Pour cela j’utilise la CRYOLIPOLYSE, prestation qui pallie entièrement à la liposuccion, sans les inconvénients que cette dernière peut engendrer. (rires) Je sais que cela à l’air alambiqué, mais je vais vous expliquer en quoi cela consiste.

Les adipocytes (cellules stockant la graisse) sont sensibles au froid. En travaillant à -10°C environ, ils vont être détruits (c’est ce qu’on appelle « apoptose spécifique des adipocytes ») progressivement pendant les semaines suivantes. Ils vont ensuite s’éliminer naturellement par la transpiration ou les urines comme dans tous les cas de perte de masse grasse ou perte de poids. 

Cela a l’air tellement simple. Toute le monde peut le faire!

Effectivement, tout le monde peut être potentiellement intéressé (sauf les enfants et les femmes enceintes). Cependant, il faut être stable en poids, et ne pas en avoir trop à perdre. C’est une technique réservée aux seuls amas graisseux localisés.

Il y a plusieurs contre-indications (d’où l’importance d’un premier rendez-vous explicatif): les problèmes hépatiques, tous problèmes liés au froid (urticaire au froid, cryoglobulinémie, syndrome de Raynaud…), les diabètes sévères, les femmes enceintes et les pace makers.

Tu nous propose une recette miracle!

Les recettes miracles n’existent pas!  Les résultats ne sont pas instantanés. Il faut le temps nécessaire à l’élimination des cellules graisseuses, qui est progressive… Nous réalisons toujours un bilan 4 semaines après la séance. Les effets sont vraiment durables dans le temps car les cellules sont détruites. Ensuite, il est de la responsabilité du client de ne pas retomber dans le pot de pâte à tartiner… Il faut continuer à faire du sport pour éliminer les autres cellules graisseuses (non ciblées cette fois mais en général). 

Mais ils pourront tout de même continuer se faire plaisir avec un petit gâteau par ci par là!

Les sucreries n’ont jamais porté préjudice s’ils sont intégrés dans le cadre d’un regime équilibre. Il faut être en accord avec son corps et ses envies pour être bien dans sa peau. Et tes gâteaux sont délicieux!

Tu es une personne joyeuse et optimiste. Peux-tu nous partager ton secret?

Je crois tout simplement que j’aime les gens, et que je me nourris de leur bonheur. Finalement, toi et moi proposons la même chose à nos clients: du plaisir et du bonheur.

Comment peut-on te joindre ?

Le centre ne fonctionne que sur rendez-vous afin de préserver l’intimité de chacun. Il est situé au no 3, rue Beyle Stendhal à Grenoble.

Vous trouverez tous les informations contact sur mon site. Et n’oubliez pas de liker ma page Facebook. Je propose régulièrement des astuces, concours et autres informations diverses autour de mon métier.

Concours Pâtisserie – Meilleur Pâtissier de l’Isère

Je vous ai souvent parlé de l’amicale des pâtissiers de l’Isère, dont je fais partie. Affiliée à la Confédération des Pâtissiers de France,  elle a pour but de faire connaitre et reconnaître le travail manuel que ses adhérents exercent avec amour et beaucoup de passion

On dit souvent que les artisans sont à la tête de petites entreprises isolées!  Ce n’est pas moi qui va vous dire le contraire. 🙂 Mais nous représentons, chacun à notre façon, l’image de la pâtisserie artisanale, réalisée dans le respect et l’amour du métier. Ensemble nous souhaitons vous proposer une pâtisserie authentique, loin des clichés véhiculés dans les médias et des produits industriels qui ne gardent rien de l’âme et de la tradition française! Quelle qu’elle soit la forme et la présentation de nos produits, ils sont réalisés dans le respect des matières premières, souvent produites localement.

Notre amicale organise le samedi 23 avril un Concours de Pâtisserie en deux catégories (à 10 participants) :

  • meilleur Pâtissier professionnel de la confédération de l’Isère
  • meilleur Pâtissier amateur de l’Isère

Chaque catégorie accueillera 10 participants.

Pour la catégorie Pâtissier professionnel, ouverte aux membres de l’amicale, le sujet est la réalisation d’un St Honore de printemps avec un ingrédient représentant l’Isère (chartreuse, noix, antésite….etc). Ils seront jugés par 3 pâtissiers renommés de la région Rhône Alpes.

Pour la catégorie amateurs, les pâtissiers d’Isère s’impliquent aussi  car chaque amateur sera parrainé et coaché par un professionnel de la confédération de l’Isère. Les candidats devront réaliser un entremet avec un ingrédient local à choisir sur une liste imposée. Les prix concernent, entre autres, des stages de pâtisserie à la Maison Jouvenal (la Côte Saint André) ou à l’Instant Gourmand de Thierry Court (Grenoble), ainsi que des paniers garnis de produits régionaux ! Chaque pâtissier choisira son filleul lors d’une étape de présélection organisée dans sa propre boutique.

Et c’est de cette catégorie que je souhaite vous parler! Car bientôt, je vais vous annoncer la date de l’étape de présélection (mi février) qui aura lieu à St. Egrève. J’invite tous mes clients, pâtissiers amateurs, s’inscrire à cette étape. Un jury choisira les cinq meilleurs gâteaux. Le premier prix pourra bénéficier d’un entraînement intensif dans mon laboratoire, tandis que les 4 autres, pourrons bénéficier d’un atelier cake design en valeur de 95€!

Ce concours, organisé jusqu’en 1999 a été interrompu et plus jamais relancé. Nous souhaitons vous donner l’occasion de mieux connaître nos adhérents et leur savoir faire, mais en même temps de vous permettre nous partager votre passion.

« Le but de notre concours, le choix des lots et des partenaires est également de promouvoir au maximum les produits de la région et de travailler en circuit court ! » (Laurent Champon, président de l’amicale)

Hibiscus en pâte à sucre – niveau debutant

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Bonjour à tous ! Vous me demandez souvent des tutos pour réaliser des décorations faciles, mais qui feront la différence ! Je continue ma série des tutos pour débutants avec les fleurs d’hibiscus, vite faites, bien faites !

C’est une technique rapide, qui ne demande pas beaucoup d’équipement, mais qui ne vous permettra pas de faire des hibiscus confondants de réalisme, juste des très beaux hibiscus pour parfaire votre décoration.

Alors, sortez votre matériel et commençons. Vous allez avoir besoin de la pâte à sucre (PAS), un rouleau pour l’étaler, une mousse pour modeler les pétales, un couteau bien aiguisé ou un bistouri, l’outil bille, outils pour imprimer les détails sur les pétales et sur les feuilles, des pinceaux à poil fin, des poudres de la couleur de votre choix et une jaune… Vous me direz qu’un débutant n’a pas tout cela dans son placard ! Pas de problème. Oubliez la liste et préparez la PAS, le rouleau, un couteau aiguisé et des cure-dents ! Les cure-dents sont de super outils pour le modelage de la PAS. Par la suite je vais vous expliquer les deux méthodes (la première pour les pétales, et la deuxième pour les feuilles)!

Pour ma part, j’aime utiliser du gumpaste ou assimilé pour réaliser mes fleurs. J’ai poster des articles pour vous éclairer sur le sujet ici : et ici : . Pour la fleur d’aujourd’hui j’ai utilisé un mélange de PAS et de gumpaste (histoire de ne pas faire simple et surtout parce que je n’avais plus trop du gumpaste dans ma réserve).

Malaxez bien votre PAS et étalez-la le plus finement possible (mais il ne faut pas lire à travers  votre PAS!). Imprimez le motif d’un pétale sur la PAS et coupez à main levée le contour. Transférez le pétale sur la mousse et avec l’outil bille affinez les bords. Cela donnera le mouvement à votre pétale. N’appuyiez pas trop fortement et gardez l’outil bille moitie sur le pétale et moitie sur la mousse.

tuto_hibiscus 020 tuto_hibiscus 018 tuto_hibiscus 017 tuto_hibiscus 016 tuto_hibiscus 014 tuto_hibiscus 013 tuto_hibiscus 012 tuto_hibiscus 011 tuto_hibiscus 010 tuto_hibiscus 009 tuto_hibiscus 008 tuto_hibiscus 007 tuto_hibiscus 006 tuto_hibiscus 005 tuto_hibiscus 004 tuto_hibiscus 003 tuto_hibiscus 002 tuto_hibiscus 001