Petit traité de pâte à sucre 4 – La Sodifer

Cela faisait tellement longtemps que je ne vous ai pas écrit sur mon blog. Pour la plus part du temps je partage mon travail et mes expériences sur Facebook. Mais aujourd’hui je veux vous parler un peu plus longuement, car je souhait vous présenter une pâte à sucre nouvellement arrivée sur le marché français. Il s’agit de la pâte à sucre Sodifer.

Je vu pour la première fois les produits Sodifer à Expogato 2016, et j’ai été conquise par l’arôme et le parfum de leurs pâtes à sucre. Sodifer est un fabricant portugais (il parait que les portugais ont une grande expertise dans la PAS) et il était représenté sur le salon par Nicole Veloso ! Pas moins ! Vous avez surement entendu parler d’elle et de ses fleurs en waffer paper ! Elle déchire ! Mais elle est très douée en modelages également et m’a montré comment utiliser la Sodifer.

Apres moultes dégustations et testes sur le stand, je suis partie les bras remplies des pans de PAS. Mais c’est que cette semaine que j’ai eu le temps de tester mes emplettes. Je devais réaliser un gâteau sur le thème des voyages et des plages avec du sable fin et je me suis rappelé du parfum de la PAS Sodifer. Car oui, elle sent délicieusement bon ! Et me voilà, maintenant prête à vous transmettre tous les secrets de la PAS Sodifer.

J’adore son parfum !

Pour commencer, elle a un gout et une odeur à tomber ! Si vous aimez la guimauve ou la citronnelle, vous allez faire comme moi : vous shooter à son parfum. La gamme propose trois parfums différents, et donc trois aromes également : nature (plutôt guimauve pour moi), citron et chocolat.

La texture, très agréable, fait de nouveau penser à la guimauve, elle est très douce au toucher et s’étale bien. Pour une partie je l’ai mélangée à la Renshaw car je souhaitais tester les angles droits également. Je me suis aperçue qu’on peut avoir d’angles droits avec de la Sodifer pure sans problème.

Pour les modelages maintenant :

Pas besoin d’utiliser un autre produit. Une boule de PAS, un peu de CMC sur les mains et le tour est joué. En tout cas, c’est ce qu’elle faisait Nicole Velose et ses modelages tenaient tout de suite. Pour ma part je l’ai utilisée uniquement pour des petits sujets, mais je vais la tester bientôt sur une chaussure.

Points négatifs – uniquement deux :

  • La texture « guimauve » nécessite beaucoup de malaxage. Mais cela fait des jolis bras, bien musclés à moindre cout ! 😉
  • La couleur du noir, qui est plutôt gris très foncé et non pas un noir franc. C’est surement lié à leur formulation en aditifs, plus naturelle que la plus part des PAS.

Pour le prix, elle est bien moins chère que pas mal des PAS vendues en France (vers 5€/kg). On m’a dit qu’elle sera bientôt disponible sur les sites d’achat en ligne français, mais ils ont déjà leur propre site (en partie en français qui plus est) :

Leur représentant sur le salon m’a confirmé qu’il n’y a pas de minimum d’achat (vente à partir de l’unité), donc pas besoin d’avoir une grosse consommation pour en profiter !

Finalement, je crois que je vais ajouter la Sodifer à coté de mes autres incontournables : La Massa Ticino de Carma, La Ready to Roll de Renshaw et La Daisy de Laped ! Ou même les mélanger ensemble ! Qui sait ? … mais cela sera dévoilé dans un autre billet !