Flat design et typographie avec Cake Révol – Spoiler

J’ai eu l’énorme plaisir d’accueillir Jonathan et Sebastien de Cake Révol dans mon laboratoire pendant trois jours. Si vous ne connaissez pas Cake Révol (anciennement « Un jeu d’enfant »), sachez qu’il s’agit des deux cake designers nantais qui ont mis au point des techniques originales de décorations des gâteaux en utilisant le flat-design (la décoration 2D). Vous pouvez voir leurs créations ici.

Comme a chaque fois que je suis un atelier je vous partage les astuces apprises, voici ce qui pourra vous aider à faciliter votre travail de découpe ou de modelage.

Le matériel :

  • Pour des coupes nettes il faut utiliser des cutters très affûtés. Les lames s’abîment rapidement et pour prolonger leur vie il faut les nettoyer régulièrement. Utilisez une éponge ou microfibre à peine humides pour enlever le dépôt de pâte à sucre et séchez soigneusement avec du papier ménage.
  • Un autre incontournable est le tapis à découpe, si possible un qui ne colle pas à la pâte à sucre. Lors de l’atelier nous avons testé les tapis de découpe Silikomart. Cela suffit de les fleurer de Maïzena pour avoir une surface parfaite de travail ! Attention, pas de sucre glace (il colle aux mains et assèche la pâte à sucre).
  • Des gabarits en carton, papier ou plastique que vous réaliserez avec la technique de votre choix.

La pâte à sucre :

  • Vous devez choisir soigneusement votre pâte à sucre. Elle doit être souple pour s’étaler en couche très fine, mais elle ne doit pas se déchirer ou être trop élastique (déformation, rétrécissement). A Cake Révol on jure que par la Wonder Cakes. Elle ne sèche pas rapidement et ne se déforme pas. Petite indication : pour la couleur blanche utiliser un peu de CMC, car elle est plus molle que les autres.
  • Vérifier soigneusement les indications qui figurent sur vos colorants, pigments et paillettes. Certains produits sont uniquement compatibles contacte alimentaire mais toxiques s’ils sont ingérés. Il faut les enlever avant la consommation. Même s’ils sont très beaux, vous devez éviter leur utilisation sur vos décorations comestibles. Il faut strictement qu’ils soient marqués « edible » et non pas seulement « non-toxic ».

La technique :

  • Pour des coupes propres et nettes vous devez retourner souvent votre travail afin d’être toujours dans une position de découpe très confortable.
  • Pour le collage utilisez un soupçon d’eau ou de la colle alimentaire appliquée en fine couche avec un pinceau plat à poiles doux. Le Crisco peut faire glisser vos pièces tandis que le piping gel bave sur les cotés et gâche l’esthétisme.
  • Conservez vos créations à plat, dans des boites hermétiques entre deux feuilles de papier ménage. Astuce Cake Révol : Les boites « à jambon » ont la forme et la hauteur idéales ! 😉

Et détail très important : la découpe des pièces nécessaires est longue et minutieuse. Faites des pauses régulières et levez vous assez souvent. Cela vous permettra de soulager les muscles de la nuque et haut du dos !

Si Jonathan et Sébastien passent dans votre région, n’hésitez pas à vous inscrire à leurs ateliers, vous apprendriez une foule d’autres techniques et astuces pour démultiplier votre créativité et originalité. Car le flat design n’est pas uniquement de la découpe et de l’assemblage, mais toute une manière de concevoir les décorations, les volumes et les formes, de façon à créer un univers étonnant et original. Sur leur site internet, Cake Révol offre en téléchargement gratuit un tuto qui vous fait découvrir les bases du flat design en le mélangeant avec l’utilisation des moules en silicone. Ne vous en privez pas !

Voila, vous savez tout maintenant, à vos scalpels et vos tapis des découpe! Vous pouvez m’envoyer vos créations en flat-design, cela me ferra beaucoup de plaisir de les voir ou de les partager sur mon blog.

Petit traité de pâte à sucre 4 – La Sodifer

Cela faisait tellement longtemps que je ne vous ai pas écrit sur mon blog. Pour la plus part du temps je partage mon travail et mes expériences sur Facebook. Mais aujourd’hui je veux vous parler un peu plus longuement, car je souhait vous présenter une pâte à sucre nouvellement arrivée sur le marché français. Il s’agit de la pâte à sucre Sodifer.

Je vu pour la première fois les produits Sodifer à Expogato 2016, et j’ai été conquise par l’arôme et le parfum de leurs pâtes à sucre. Sodifer est un fabricant portugais (il parait que les portugais ont une grande expertise dans la PAS) et il était représenté sur le salon par Nicole Veloso ! Pas moins ! Vous avez surement entendu parler d’elle et de ses fleurs en waffer paper ! Elle déchire ! Mais elle est très douée en modelages également et m’a montré comment utiliser la Sodifer.

Apres moultes dégustations et testes sur le stand, je suis partie les bras remplies des pans de PAS. Mais c’est que cette semaine que j’ai eu le temps de tester mes emplettes. Je devais réaliser un gâteau sur le thème des voyages et des plages avec du sable fin et je me suis rappelé du parfum de la PAS Sodifer. Car oui, elle sent délicieusement bon ! Et me voilà, maintenant prête à vous transmettre tous les secrets de la PAS Sodifer.

J’adore son parfum !

Pour commencer, elle a un gout et une odeur à tomber ! Si vous aimez la guimauve ou la citronnelle, vous allez faire comme moi : vous shooter à son parfum. La gamme propose trois parfums différents, et donc trois aromes également : nature (plutôt guimauve pour moi), citron et chocolat.

La texture, très agréable, fait de nouveau penser à la guimauve, elle est très douce au toucher et s’étale bien. Pour une partie je l’ai mélangée à la Renshaw car je souhaitais tester les angles droits également. Je me suis aperçue qu’on peut avoir d’angles droits avec de la Sodifer pure sans problème.

Pour les modelages maintenant :

Pas besoin d’utiliser un autre produit. Une boule de PAS, un peu de CMC sur les mains et le tour est joué. En tout cas, c’est ce qu’elle faisait Nicole Velose et ses modelages tenaient tout de suite. Pour ma part je l’ai utilisée uniquement pour des petits sujets, mais je vais la tester bientôt sur une chaussure.

Points négatifs – uniquement deux :

  • La texture « guimauve » nécessite beaucoup de malaxage. Mais cela fait des jolis bras, bien musclés à moindre cout ! 😉
  • La couleur du noir, qui est plutôt gris très foncé et non pas un noir franc. C’est surement lié à leur formulation en aditifs, plus naturelle que la plus part des PAS.

Pour le prix, elle est bien moins chère que pas mal des PAS vendues en France (vers 5€/kg). On m’a dit qu’elle sera bientôt disponible sur les sites d’achat en ligne français, mais ils ont déjà leur propre site (en partie en français qui plus est) :

Leur représentant sur le salon m’a confirmé qu’il n’y a pas de minimum d’achat (vente à partir de l’unité), donc pas besoin d’avoir une grosse consommation pour en profiter !

Finalement, je crois que je vais ajouter la Sodifer à coté de mes autres incontournables : La Massa Ticino de Carma, La Ready to Roll de Renshaw et La Daisy de Laped ! Ou même les mélanger ensemble ! Qui sait ? … mais cela sera dévoilé dans un autre billet !

 

Invitée du mois – Annie Frénot

Les belles rencontres, comme la photographie, se jouent souvent à un « instant décisif ». Vendredi dernier, pile au moment de quitter une réunion, j’ai rencontré Valentina. Le courant est tout de suite passé… et elle m’a invitée à parler de Mes-photo-se-livrent sur son blog. Je l’en remercie !

Nous avons déjà comme beau point commun la volonté de transmettre le goût de l’entrepreneuriat auprès des jeunes par des témoignages dans les collèges et lycées. Quand je vois les magnifiques créations de Valentina, j’ai compris que l’on partageait bien plus que cela.

Mes-photos-se-livrent : éditeur de livres photo personnalisés

L’activité de Mes-photos-se-livrent.com consiste à mettre en valeur les photos d’autrui : cela comporte leur tri, pour sélectionner les plus belles, leur retouche si nécessaire, et surtout leur présentation de manière esthétique dans livre photo. Le livre est ensuite imprimé chez un imprimeur local de qualité. J’écris aussi un blog dédié à la photographie, aux livres photo et à l’organisation d’une photothèque.

Comme les gâteaux de Valentina, mes livres photo sont des créations ultras personnalisées. Je les fais en fonction des attentes de chaque client, après avoir discuté avec eux pour connaître leur projet, leurs goûts, la composition de leur famille… tout ce qui m’est nécessaire pour créer le livre photo qui leur correspond. J’adapte le design de la maquette à leur personnalité et à leurs photos. La présentation peut être sobre, classique ou ultra-personnalisée via un fond adapté et/ou créé spécialement. Dans tous les cas elle sera esthétique.

Qu’est-ce qu’on peut vous déléguer comme livre photo ?

Mes réalisations sont très variées : il y a, bien sûr, les livres sur les mariages, les anniversaires et les événements familiaux importants. Je propose aussi un service différent du livre photo classique : je combine les photos avec des textes, parfois longs, par exemple un journal de bord racontant un voyage, des éléments souvenirs (carte, faire-part, dessins scannés…) : une sorte de scrapbooking sous format numérique. Livreheureux

Il y a également des commandes pour des cadeaux personnalisés : par exemple ce parrain attentionné qui a offert à sa filleule pour son mariage un livre sur leur relation, mêlant des photos d’elle depuis sa naissance jusqu’à ses 30 ans à son témoignage écrit. Ces cadeaux sont des marques d’amour et même si j’aide ces personnes en compilant leurs photos et leurs écrits, ils sont très impliqués dans le projet et se l’approprient.

Comment pouvez-vous me contacter ?

Il suffit de se connecter sur mes-photos-se-livrent.com pour préciser son projet. J’appelle ensuite les personnes intéressées, afin de mieux comprendre leur demande et leur établir le devis correspondant. Les photos sont ensuite à charger sur le site internet via un accès web personnalisé, ou à fournir sur clef USB. Puis je réalise une maquette et décline la mise en page. À tout moment, le client peut accéder au travail en cours, communiquer ses commentaires et aussi ses écrits, via son accès personnalisé sur le site. Le livre est imprimé lorsqu’il donne entière satisfaction.

Comme Valentina, je suis une perfectionniste et attentive aux moindres détails. Et, si mes créations ne se dégustent pas, elles font du bien autrement : certains souvenirs sont source d’émotions positives. Je trouve gratifiant d’aider ainsi mes clients à « se faire du bien » et à pérenniser leurs bons instants de vie.

Vous aussi, vous pouvez me faire faire votre livre photo. Il vous suffit de me contacter à l’adresse suivante : info@mes-photos-se-livrent[dot]com, m’expliquer votre projet, et je vous ferai le devis correspondant.

A bientôt j’espère,

Annie Frénot

 Livrecarte